Partie 2

Chapeau partie 1

Les joueurs, même lorsqu’ils ont atteint le niveau professionnel, ont trop souvent tendance à mépriser leur alimentation. Or, la nutrition influe de manière prédominante sur les capacités et donc les performances d’un sportif de haut niveau en particulier et du commun des mortels en général. Le Dr. Youssouf Djonouma, spécialisé dans la médecine du sport et la médecine fonctionnelle, revient, en détail pour BlackMice.org, sur les liens entre nutritions et performances et nous donne quelques conseils pour améliorer celles-ci avec des aliments simples.

BM-Blanche-yeux-transparents petiteQuels conseils donneriez-vous pour les apports alimentaires de compétition sachant que les tournois peuvent durer plusieurs jours?

L’énergie mentale à laquelle on se réfère habituellement doit permettre la réalisation d’une importante activité cognitive, d’une attention soutenue, l’envie d’aller de l’avant et la permanence d’une certaine humeur positive et optimiste. La mise en condition de cette énergie mentale optimale passe par de multiples étapes et de moyens: je ne parlerai donc ici que du volet nutritionnel de la préparation aux tournois. Pas de jeûne avant les compétitions car les taux sanguins de sucres seront difficiles à équilibrer au début et/ou le stockage (des sucres ingérés) en triglycérides sera privilégié par l’organisme. Alimentation de glucides à index glycémique bas pour permettre des faibles à-coups de taux sanguins de sucre (pas de grignotage sucrés qui provoqueront instabilité et sautes d’humeur car le cerveau n’apprécie pas les fluctuations du sucre sanguin). Manger en prenant le temps de mastiquer lentement pour avoir une digestion puis une absorption optimale intestinale des aliments. Fractionner ses repas, manger régulièrement à petites quantités, mais en associant toujours protéines et glucides. Assurer une bonne hydratation (eau la plus pure peu minéralisée) car l’eau constitue > 80% du poids du cerveau et celui ci supporte mal la déshydratation.

photo-ID-youssouf

BM-Blanche-yeux-transparents petiteExiste t-il des aliments pour améliorer la vigilance, la concentration, l’attention, la réactivité cérébrale, le calcul mental, la reflexivité cérébrale ?

  • Le Bacopa Monneri (plante ayurvédique indienne) comprenant, outre des flavonoïdes-substances anti-oxydantes, des substances actives appelées bacosides A et B qui favorisent la synthèse des protéines (neuromédiateurs) au niveau de l’hippocampe (site de la mémoire à long terme). Elle est utilisée dans la prévention et le traitement des fatigues intellectuelles (mémoire et concentration)

 

  • La Vinpocétine (extrait dérivé de l’alcaloïde naturel vincamine présent dans de la petite pervenche (Vinca minor). La vinpocétine permet de lutter contre le déclin des facultés mentales (mémoire, concentration, humeur. Elle exerce ses effets bienfaisants en assouplissant
    les muscles des parois des vaisseaux sanguins. Les médecins parlent d’effet « vasodilatateur », c’est-à-dire une augmentation du flux sanguin qui améliore l’oxygénation des neurones, contribuant à préserver la mémoire, les capacités de concentration, et le moral. La vinpocétine
    augmente en effet la capacité de déformation des globules rouges, ce qui leur permet de mieux passer dans les capillaires, qui sont des vaisseaux sanguins aussi fins que des cheveux. Cela permet d’augmenter le niveau d’oxygène dans les neurones et leur capacité d’utiliser le glucose,
    qui est le carburant du cerveau. La première qualité de la vinpocétine est de soutenir le métabolisme cérébral, et donc la vigilance, en accroissant localement la synthèse de l’adénosine triphosphate (ATP), la molécule énergétique universelle.

 

  • Le Ginseng rouge (Panax Ginseng): racine originaire de chine et de Corée connue depuis plus de 4000 ans et considérée par la médecine chinoise comme une panacée, c’est à dire
    soignant ou aidant à la guérison de l’ensemble des maux et maladies. Il contient des substances qui aident l’organisme à s’adapter aux situations (adaptogènes) ou agressions qui menacent les équilibres physiologiques du système neuro endocrinien.
    Gingko biloba : arbre dont les vertus d’optimisation de la microcirculation sanguine cérébrale sont connues depuis 4000 ans en médecine chinoise

‘Alimentation de glucides à index glycémique bas pour permettre des faibles à-coups de taux sanguins de sucre (pas de grignotage sucrés qui provoqueront instabilité et sautes d’humeur car le cerveau n’apprécie pas les fluctuations du sucre sanguin). 

Dr. Y. Djonouma

BM-Blanche-yeux-transparents petite

Quels conseils diététiques pour lutter contre le stress en compétition ?

 

  • Le magnésium: ce minéral est important pour l’organisme car il intervient dans plus de 200 réactions physiologiques qui régissent la vie de relation entre les cellules de notre organisme. Molécule à haut pouvoir de tolérance au stress.

 

  • Les acides aminés L-ornithine et L-arginine interviennent dans le cycle de l’urée donc au niveau de la détoxication hépatique. La combinaison de ces deux acides aminés stimule la distribution hormonale et la production d’insuline, améliore l’aptitude du corps à la
    régénération de l’organisme, et conduit à une augmentation significative de la vitalité.
Auteur dr4z
Publié le
Catégories Santé
vues 9174

Commentaires

Laisser un commentaire

Aucun commentaire ;(