Partie 3

Chapeau partie 1

Animal étrange apparu à l’aube du XXIe siècle, le geek pourrait être l’ancêtre préhistorique de l’homme de demain, le chaînon manquant entre nous et un « homme+ », qu’il prépare d’ores et déjà au cœur de cet État 2.0 qu’est la Silicon Valley. Mort de la mort, avènement d’une intelligence artificielle supérieure, règne des cyborgs… la science se libère à grande vitesse de la fiction grâce aux milliards de dollars que génèrent les technologies de l’informatique. L’homme d’après, le « transhumain », est déjà en beta test. 

Le neurone et le transistor

neurone5

Le neurone a 500 millions d’années, le transistor a 70 ans. Selon la loi de Moore, la puissance de calcul d’un transistor double tous les dix-huit mois. Fin de l’histoire. Dès 2045, la puissance de calcul des transistors sera un milliard de fois supérieure à celle de l’ensemble des cerveaux humains. Il faudra peut-être s’habituer à ne plus être les seuls êtres intelligents. Et l’inévitable Ray Kurzweil d’en ajouter une couche : « la conscience est un phénomène qui n’est apparent qu’à elle-même. »

Dans ce vaste océan des possibles, les neurones se mettent tout de même en action. Une lettre publiée par le Future of Life Institute a été signée par 5 000 chercheurs californiens et reconnaît que l’intelligence artificielle a le même potentiel de destruction que le nucléaire. Une prise de conscience importante quand on liste les noms des personnes qui y ont adhéré : le directeur du programme d’IA de Facebook, le directeur de l’équipe du superordinateur Watson d’IBM (la plus puissante entité de calcul jamais construite), les fondateurs de DeepMind (racheté par Google), Elon Musk (cofondateur de Paypal ou encore de Tesla), etc. Le neurone se rebelle, mais l’homme a, semble-t-il, entamé sa transhumance vers celui qui lui succédera. Certains groupes de réflexions, comme le Grenoblois Pièces et Main d’œuvre, soutiennent que va s’installer une lutte entre « l’homme animal » et « l’inhumain machinal » en devenir. Une sorte de dérive fascisante de la technologie qui tenterait de prendre le dessus sur nous.

Des implants pour tous

C’est possible, comme beaucoup d’autres scenarios. Mais ce serait oublier que le transhumanisme, bien qu’il se fonde parfaitement dans le capitalisme moderne et son individualisme forcené, se pense comme une doctrine du progrès social qui pourrait avoir comme slogan : « des implants pour tous ». Comme nous n’avons pas sourcillé à l’implantation d’un cœur électronique, il y a peu de chance que nous sourcillions quand nous gagnerons 30 ans d’espérance de vie ou que 95 % des cancers seront soignés. Et ainsi de suite. Il n’y aura pas de lutte. Bien sûr, dans les premiers temps, les inégalités financières feront obstacle au déploiement massif des technologies. Mais un séquençage complet de son ADN coûtera probablement moins cher qu’un pain au chocolat en 2025. Il coûte 1 000 € aujourd’hui alors qu’il coûtait 1 million d’euros il y a dix ans. La question des humanités parallèles qui s’affrontent ne se posera donc probablement pas. Le combat aurait déjà dû avoir lieu. Personne ne se pose réellement la question de savoir quels sont les coûts sociaux et écologiques d’un appel passé depuis son téléphone portable ou d’une vidéo regardée sur Youtube, alors même que ceux-ci n’existaient pas il y a 20 ans. Personne ne se posera la question des conséquences que pourra avoir la pose d’un implant ou une mutation génétique par un nanorobot si ceux-ci peuvent prolonger de plusieurs années la vie d’un enfant. Sans doute que les post-hommes qui nous attendent, dans quelques centaines d’années, verront dans le geek ce que nous voyons dans Cro-Magnon ou dans Neandertal : des ancêtres touchants, mais obsolètes. En attendant, la technologie nous montre à chaque instant ce que nous gagnons à être de moins en moins des hommes et nous le montrera de plus en plus. Essayons de ne pas oublier ce que nous y perdons.

Vers un homme plus fort

La suite est évidente. Si, aujourd’hui, un bras bionique remplace un bras normal amputé, qu’est-ce qui l’empêchera, demain, de rendre un homme plus fort ? Les rétines artificielles soignent aujourd’hui certaines cécités. Tout laisse à croire que, demain, elles permettront de mieux voir, ou de se « balader » dans le cyber espace. Le même cœur artificiel que celui du laboratoire Carmat, en version 2 ou 3, permettra de toute évidence de courir plus vite. Ray Kurzweil, encore lui, dont les 108 prédictions, entre 1990 et 2009, « se sont réalisées à 86 % » assure que la civilisation sera « intégrée » dès 2045 et qu’il sera très facile de se brancher au cerveau une petite extension de mémoire à laquelle on pourra accéder via le « cloud », comme on accède aujourd’hui à Google Drive.

Auteur dr4z
Publié le
Catégories Actualité Gaming
vues 6047

Commentaires

Laisser un commentaire

Aucun commentaire ;(