Comme tout athlète de haut niveau, le joueur professionnel peut souffrir de pathologies physiques extrêmement douloureuses et rarement prises en compte à leur juste mesure. Avant de gagner le TI5 avec EG (en photo de une), Clinton ‘Fear’ Loomis, figure emblématique de Dota 2, en a fait les frais en 2014, son bras l’empêchant de participer au TI cette année-là. Le Dr Jean-François Marc, rhumatologue et médecin du sport, nous en dit un peu plus sur ces maux méconnus et nous explique comment s’en prémunir.

BM-Blanche-yeux-transparents petite

De quoi souffrent physiquement les gamers dans leur pratique ?

 

Selon les sondages “sur le terrain” on peut retenir plusieurs types de plaintes :

En entrainement :

Lombalgies et dorsalgies positionnelles, tendinopathies du membre supérieur (poignet, coude, épaule), syndrome du canal carpien , névralgies cervicobrachiales  et  névralgies cubitales au coude, syndrome rotulien…

En compétition :

L’érythromelalgie (échauffement pulpaire avec érythème ou rougeur digitale), les dystonies (crispation spastique des doigts),  les trapezalgies (contractures cervicales et scapulaires du côté dominant ), les céphalées de tension, des troubles oculo-cervicaux liés à une mauvaise coordination entre les mouvements des yeux et les déplacements du cou et de l’épaule ).

BM-Blanche-yeux-transparents petite

Quelles solutions simples préconisez vous ?

Pour chaque problème il existe effectivement des solutions naturelles et simples à mettre en place le plus précocement possible pour éviter le passage à la chronicité et l’escalade thérapeutique. Sans pouvoir prendre en compte toutes les pathologies dans cette interview, concentrons nous sur les plus fréquentes.

photo-ID-marc

Tendinopathies :

Par exemple, pour les tendinopathies de surface de type épicondylite (classique  “tennis elbow”) ou épitrochléite (intérieur du coude , dit “golf elbow”) ou la tendinite du biceps brachial à l’épaule, les auto massages de type Cyriax (massages transverses profonds dits MTP, bien connus des sportifs ) sont très efficaces et suffisants s’ils sont réalisés au début de l’apparition des plaintes. Ils consistent à masser vigoureusement en travers le tendon douloureux afin de libérer les adhérences inflammatoires locales et activer la circulation sanguine du tendon, ce qui favorise son autoréparation. Ces massages douloureux, pour être efficaces, ne prennent que 3 mn par jour, un jour sur 2 (pour laisser reposer la zone touchée) et 6 à 9 séances au total. À un stade un peu plus avancé, des compléments dits alimentaires peuvent favoriser également le retour à la normale, ces produits contiennent en général du zinc pour la réparation tissulaire, du collagène (constituant de base des tendons ) par la spiruline, du silicium, du fer …

Certains traitements non médicamenteux peuvent être proposés tant en préventif qu’en curatif. Apres 20 ans de recherche sur les champs magnétiques continus (à courte portée donc sans interférence avec les ordinateurs), nous disposons d’une gamme thérapeutique complète pour canaliser les douleurs et restaurer le champ magnétique humain défaillant de la zone souffrante (rappelons que l’ IRM est un moyen d’imagerie médicale permettant de visualiser la zone malade par la perturbation de son champ magnétique) . Pas de radiations x, pas de contre indications, hormis les pacemakers…

‘ Il faut masser vigoureusement en travers le tendon douloureux afin de libérer les adhérences inflammatoires locales et activer la circulation sanguine du tendon .

Dr. J.-F. Marc

Canal Carpien :

Dans le syndrome du canal carpien, le nerf médian (pouce index médius) est trop à l’étroit avec les gaines des tendons fléchisseurs des doigts surmenés, dans son canal au niveau poignet (carpe). Cela se traduit par des douleurs à type de fourmillements, picotements, élancés, brûlures dans les doigts médians et le pouce, parfois atroces et souvent nocturnes mais, en compétition, cela peut se transformer en martyr !

Les nerfs sont très sensibles, au début de la maladie, à la bonne vascularisation des extrémités des membres, c’est pourquoi le patient souffrant de cette pathologie agite la main ou la laisse pendre dans le vide la nuit quand le sang circule moins bien par la stase du décubitus (position couchée).  Il est donc important, dans ce syndrome canalaire, de prendre un vasodilatateur pour améliorer la circulation des vasa nervosum, type Moxisylyte  – 3 / j (1+0+2) – qui, 9 fois sur 10 permet d’éviter les infiltrations cortisoniques (utiles à un stade avancé) et même la chirurgie de neurolyse endoscopique (libération du nerf par section du ligament annulaire du carpe et désépaississement des gaines tendineuses des fléchisseurs).

‘Dans le syndrome du canal carpien, le nerf médian (pouce index médius) est trop à l’étroit avec les gaines des tendons fléchisseurs des doigts surmenés

Dr. J.-F. Marc

Colonne vertébrale :

Pour les douleurs de colonne vertébrale liées à la position statique prolongée du joueur, il est essentiel, en cas de douleurs persistantes, de recharger en ATP (phosphore) les muscles posturaux. Il existe des produits naturels sans aucun risque et en vente libre accessibles en pharmacie à faire en cure de 6 à 8 semaines… par exemple  Adénosine Triphosphate 3 petites gélules le matin chaque jour ou Uridine Triphosphorique – 3 ampoules par jour en 1 prise –. L’adénosine triphosphate est l’énergie de la cellule musculaire (cycle de krebs), c’est comme l’essence de la voiture. Ces petites molécules énergétiques de phosphore, améliorent la tonicité des muscles squelettiques notamment des muscles dits blancs posturaux qui travaillent en permanence à la différence  des muscles rouges de la vie de relation avec l’extérieur (membres supérieurs et inférieurs) qui ne travaillent que lorsqu’ils sont sollicités. Il n’y a que dans le coma que les muscles du dos ne travaillent plus…

Bien sûr en cas de douleurs rebelles un diagnostic doit être porté par un professionnel de la santé afin de ne pas laisser passer d’autres causes…

Les massages décontractants associés à de la rééducation posturale peuvent s’avérer précieux.

‘L’adénosine triphosphate est l’énergie de la cellule musculaire (cycle de krebs), c’est comme l’essence de la voiture.

Dr. J.-F. Marc

Partie 2

Auteur Thomas
Publié le
Catégories Santé
vues 8766

Commentaires

Laisser un commentaire

Aucun commentaire ;(